Meilleurs couteaux chinois – Avis et guide d’achat

Quels sont les meilleurs couteaux chinois ?

Bien qu’ils ressemblent aux fendeurs d’os des bouchers, les couteaux chinois sont, en fait, un instrument beaucoup plus versatile. Notre sélection comprend des modèles idéaux pour hacher, couper en dés, trancher, éplucher et peler. Il se peut que vous puissiez remplacer plusieurs couteaux par un seul d’entre eux.

Les meilleurs Couteaux chinois

Comparatif des Couteaux chinois

Couteau chinois SHAN ZU
Le couteau Shan Zu est fabriqué à partir d'une seule pièce d'acier inoxydable trempé et allié à haute teneur en carbone qui aide la lame à atteindre un équilibre idéal. Un chef cuisinier peut utiliser cet appareil pendant des heures sans effort au poignet ou à la main.
PROMO
Couteau chinois SKY LIGHT
Ce couteau de Sky Light possède une lame tranchant comme celle d'un rasoir qui coupe facilement les produits frais, les coupe en dés et les hachera. Son manche ergonomique tient confortablement dans la main et est facile à saisir.
Couteau chinois Sunnecko
Au premier coup d'œil, le couteau Sunnecko à lame mince a l'apparence d'un outil de hachage lourd. En fait, ce couteau est à son meilleur lors de coupes précises à travers les produits. Il se comporte d'ailleurs plutôt bien dans les mains d'un chef qualifié.
PROMO
Couteau chinois Aroma House
Ce couteau d'Aroma House n'est certainement pas un outil de qualité restaurateur, mais étant donné son faible coût, c'est un bon choix pour le chef amateur qui se demande si un couteau de chef de style chinois convient ou non à ses méthodes de cuisson.
Couteau chinois Deeplee
le couteau chinois de la coutellerie Deeplee est l'un des plus beaux couteaux qui existe. Du grain saisissant du manche en bois avec une surface lisse, c'est un outil qui a fière allure et qui fonctionne bien.

Le Couteau : Un outil universel

Il y a des millions d’années, bien avant l’émergence de l’Homo sapiens moderne, les membres du genre Australopithecus, aujourd’hui disparu, ont été parmi les premiers organismes à fabriquer des outils tranchants à partir de copeaux et de flocons de pierres et d’os. Et bien que vous puissiez penser que la fabrication de lames à partir de roches est une pratique archaïque, gardez à l’esprit que les chirurgiens modernes coupent encore souvent avec des lames en obsidienne, car elles peuvent tenir un tranchant nettement plus tranchant que l’acier au carbone, aidant ainsi les plaies à guérir plus rapidement.

Les lames étaient faites d’alliages de plus en plus résistants à mesure que la technologie le permettait, y compris des composants comme le cuivre, le bronze et le fer. À partir de l’âge du fer, il y a plus de quatre millénaires, les artisans ont commencé à mettre au point des méthodes très efficaces pour travailler le métal, ce qui a permis de forger des équipements plus durables qui ont duré beaucoup plus longtemps. L’introduction de métaux supplémentaires a fini par donner naissance à l’acier inoxydable, qui ne se brise pas et ne rouille pas aussi facilement que le fer.

Des matériaux puissants et des techniques d’usinage efficaces ont contribué à faire des couteaux des articles ménagers courants, bien qu’il faille un certain temps pour que les épées et les poignards courts évoluent vers quelque chose qui ressemble aux couteaux de cuisine d’aujourd’hui. Le moyen-âge européen a vu une incroyable augmentation de la popularité des couteaux mono-lames, un peu comme le couteau à beurre. Ceci est dû en partie à un décret de Louis XIV après qu’un de ses ministres eut noté la corrélation entre les attaques meurtrières et les lames pointues et à double tranchant. À l’autre bout du monde, cependant, un style complètement différent faisait déjà partie intégrante de la culture, tirant beaucoup d’influence des anciennes techniques de fabrication d’épées.

Bien que de nombreuses personnes connaissent les riches traditions japonaises de production de lames, il est très probable que leurs méthodes de forgeage sont originaires de l’autre côté de la mer Jaune, en Chine. Pour cette raison, la composition et la construction des lames sont assez similaires entre les spécimens japonais et chinois, mais pas identiques. Il y a un éventail beaucoup plus large d’options japonaises, et bien que les couteaux chinois ne soient pas tout à fait aussi variés, ils sont sans doute encore plus polyvalents.

Qu’est-ce qu’il y a de si spécial avec les couteaux chinois ?

Les couteaux modernes se divisent généralement en deux catégories. Ces deux classes sont souvent appelées couteaux occidentaux et japonais, ce qui est très trompeur. Un système un peu plus précis pourrait séparer les couteaux en lames lourdes et légères, ou douces et dures. Bien que le nom soit discutable, il existe des différences concrètes entre les deux camps.

Les couteaux plus lourds, d’origine allemande, ont généralement un profil légèrement incurvé, un angle plus large sur le bord et une construction de lame plus épaisse. L’une des caractéristiques les plus importantes des lames dites de style européen est qu’elles sont généralement faites d’alliages plus tendres que leurs homologues asiatiques. Un peu contre-intuitivement, cela rend en fait les couteaux allemands beaucoup plus durables et polyvalents, parce qu’un petit peu de flexion permet d’éviter les copeaux et les fissures. Un inconvénient mineur du métal plus souple est que les bords se déforment ou s’enroulent, ce qui réduit considérablement la capacité de coupe. Pour lutter contre ce phénomène, l’utilisation intensive d’un couteau de fabrication allemande nécessite un acier de rodage à portée de main, afin de garder votre tranchant tranchant au rasoir.

Les lames asiatiques sont fabriquées à partir d’un mélange très différent de métaux aux caractéristiques très différentes. Les couteaux du chef sont exceptionnellement légers et fins, avec un angle d’affûtage particulièrement léger d’aussi peu que douze degrés sur certaines sélections haut de gamme. Leurs propriétés plus rigides et moins tendues permettent d’obtenir des bords remarquablement tranchants – par exemple, certains chefs n’arrêtent pas de caresser jusqu’à ce que leur couteau de 20 cm puisse raser les poils. D’un autre côté, une telle acuité exige beaucoup plus de prudence lors de l’utilisation ; vous ne pouvez pas simplement vous débarrasser d’un couteau chinois comme vous le feriez avec un Solingen de la vieille école ou un Sabatier classique. En fait, l’acier, la dureté et le tranchant potentiel des couteaux chinois et japonais sont réputés dans le monde entier et se prêtent bien à l’entretien à l’aide de pierres à affûter à très haute granulométrie.

meilleur couteau chinois

Qu’il s’agisse d’affûter ou de couper, les outils plus doux ont tendance à être un peu plus indulgents, et leur poids accru offre plus de contrôle à ceux qui n’ont peut-être pas des années d’expérience en cuisine. En général, les couteaux chinois ont tendance à être plus tranchants, mais seulement s’ils sont bien entretenus, et leur profil plus mince les aide à glisser dans les aliments qu’un couteau plus gros pourrait écraser ou déchirer. Il est important, cependant, de toujours travailler vos couteaux à la main n’utilisez jamais d’affûteur mécanique sur un couteau haut de gamme. Cela peut causer des micro-perforations excessives qui peuvent réduire l’efficacité et la durée de vie globale d’une lame.

Sortir le couteau de chef chinois

Entrez dans une cuisine française, japonaise ou américaine et vous verrez des douzaines de lames de formes et de tailles différentes le long des murs. Dans les maisons et les restaurants chinois, cependant, il est beaucoup plus probable que vous verrez un outil faire la grande majorité du travail. Il est vrai que beaucoup de chefs modernes préfèrent s’en tenir à leur couteau principal, mais la variété chinoise, connue sous le nom de caidao, est spécialement conçue pour ajouter une incroyable multifonctionnalité.

Tout d’abord, ils ressemblent beaucoup aux clivages occidentaux à bien des égards. Les deux n’ont presque rien en commun et ne se partagent pratiquement aucune tâche de cuisine. Par exemple, vous ne devriez jamais utiliser une lame chinoise très dure pour briser les os. Pour tout ce qui est plus mou qu’une courge d’hiver, cependant, ces hachoirs sont parfaitement adaptés.

meilleur couteau chinois

Leur profil rectangulaire caractéristique est une autre caractéristique très importante. Un bord relativement droit, ainsi qu’un profil extra-large et carré, font de ce type de couteau un excellent couteau pour presque toutes les tailles de côtelettes ou de dés leur nom même, caidao, se traduit en fait en anglais par « chopper ». La grande surface de l’outil en fait également une surface de préparation à main, ce qui permet aux culinaires qualifiés de traiter, de séparer et de combiner divers ingrédients en quelques gestes du poignet seulement. Et parce que leurs alliages sont si durables, ils peuvent prendre et tenir le genre de bord décalé dont vous avez besoin pour des coupes ultra-précises comme la fine brunoise, l’un des tests les plus vrais de l’habileté d’un cuisinier préparateur.

En fin de compte, la qualité d’un couteau dépend du métal de sa lame et du chef qui l’utilise. Tant que vous faites preuve de prudence avec tous les outils tranchants, que vous vous entraînez beaucoup et que vous gardez vos couteaux en parfait état, ils devraient durer de nombreuses années.

Acheter un Couteau chinois pas cher ou en promo

Catégories : Ustensiles de cuisine
Votre Avis : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, Moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Charlotte - Passionnée de cuisine

Charlotte - Passionnée de cuisine

Je suis une passionnée de cuisine depuis toujours. On dit parfois de moi que je suis tombé dans la marmite quand j'étais petite ! Sur Meilleursavis.net, je suis la pour partager avec vous ma passion et mes bons plans ;).